POUR L’ARTICLE.CH | “Saint Laurent” de Bertrand Bonello : où l’affect dérape